Ce que HARUNA considère comme de “merveilleux congés” (KKBOX)

“À partir de notre album Kiss from the darkness sorti en 2020, nous avons commencé à nous exprimer avec des mots et les avons envoyés à tout le monde. Nous disons que nous nous sentons blessées, tristes, seules, heureuses, et que nous nous amusons comme tout le monde. Nous travaillons sur toutes sortes de choses avec la notion de vouloir que tout le monde sache que nous sommes humains, comme eux.” – HARUNA

Cette série “Merveilleux Congés” se plonge dans les moments “activé” et “désactivé” des musiciens. Nous ne touchons pas seulement aux sujets comme les travaux exécutés en mode “activé”, mais aussi à la manière d’user de leur temps de pause, l’attention portée à leurs habits décontractés, et la musique qu’ils écoutent durant leur mode “désactivé”.

Cette fois-ci, notre invitée est la chanteuse et guitariste rythmique HARUNA, du groupe japonais entièrement composé de femmes SCANDAL. Le groupe a fêté son 15ème anniversaire en 2021. Le 29 septembre, il a sorti sa nouvelle chanson “one more time” qui représente qui est SCANDAL actuellement. Nous ne lui avons pas seulement posé des questions sur son style pendant ses jours de congés ou sur la musique qu’elle écoute, mais aussi sur la production de chansons faite durant ses moments “activée” qui font l’usage des “merveilleux congés” de HARUNA. Nous vous présentons HARUNA telle qu’elle est naturellement, et sa facette qui ne peut être vue que maintenant après avoir célébré le 15ème anniversaire du groupe.

Que portes-tu pendant tes congés ?

— Tu as changé ta couleur de cheveux, n’est-ce pas ? Ça te va vraiment bien.

HARUNA : Merci beaucoup. J’ai choisi le bleu pour la première fois pour aller avec l’humeur de notre nouvelle chanson.

— Est-ce que ta tenue d’aujourd’hui est assortie ?

HARUNA : Ce n’est en fait pas le cas. J’avais cette veste que j'avais récemment achetée quand je voulais quelque chose que je pourrais porter en automne, et j’avais un pantalon de la même couleur, du coup j’ai essayé de faire un look assorti (rires). J'essaye de porter des tenues qui sont assez équilibrées étant donné que je suis petite et mince. J’ai choisi ce pantalon moulant parce que la veste est ample. Quand je porte quelque chose de moulant en haut, je porte quelque chose d’ample en bas.

— Étant soucieuse de ta taille, est-ce que cela veut dire que tu portes également de l’attention à tes chaussures ?

HARUNA : J’ai tendance à en porter avec des hauteurs. Aujourd’hui, je porte des bottes blanches à talons hauts. Pour les répétitions ou d’autres occasions où je peux être plus décontractée, je porte des chaussures larges du style baskets compensées ou chaussures de papa.

— Tu es plutôt consciencieuse de ta silhouette dans son ensemble.

HARUNA : Je me soucis de choses comme l’équilibre. Si j’enfile n’importe quel style de vêtements, je me mets à ressembler à une enfant. Je porte aussi de l’attention à ma coupe de cheveux, parce que je suis soucieuse de ma taille. J’ai l’impression d’avoir l’air généralement plus équilibrée quand j’ai les cheveux courts. Mais parce que je voulais les avoir longs à nouveau récemment, je les laisse actuellement pousser (rires).

— Je comprends totalement le fait de se lasser d’une longueur de cheveux après un certain temps (rires). Ensuite, parle-nous du point clé de ta tenue d’aujourd’hui !

HARUNA : Ça serait la chemise en dentelle que je porte. Je porte souvent des choses fines.

— Ta bague est également adorable. Les designs de ce style où on dirait que deux bagues sont attachées en une sont intéressants.

HARUNA : C’était un cadeau d’anniversaire de la part d’un·e bon·ne ami·e. Je ne porte en général pas d’accessoires, mais quand j’en ai envie, j’aime porter des choses saillantes. Comme j’aime les pierres, j’ai tendance à ne choisir que des accessoires avec des pierres. Je porte cette bague turquoise qui m’a été offerte par mon ami·e qui connait bien mes goûts.

— As-tu des marques de vêtements ou d’accessoires favorites ?

HARUNA : Je ne prête pas vraiment attention aux marques dernièrement. Au lieu de dépenser de l’argent sur chaque élément individuellement, j’ai une préférence pour les éléments qui sont raisonnablement peu chers, pouvant être utilisés longtemps, et qui ont un bon rapport qualité-prix. Par ailleurs, les vêtements que je porte aujourd’hui sont de chez Zara.

— Quel genre de vêtements portes-tu souvent durant des jours de congés comme des vacances ?

HARUNA : Les jours où je suis complètement en congés ou à de simples répétitions, je porte régulièrement des sweats à capuche et des vêtements décontractés. Pour des journées de travail où sont prévus interview, shooting photo ou autre, je choisis mes affaires en fonction du moment, de l’endroit et de l’occasion.

Que fais-tu durant tes congés ?

— Qu’as-tu fait durant tes congés récemment ?

HARUNA : J’ai fait de l’“oshikatsu” et de l’“oshikoto” (des mots se référant aux activités pour les choses qu’on aime) pour des groupes de K-Pop. Je me suis complètement immergée dans la K-Pop depuis l’année passée… On fait des choses comme écouter la musique de ses groupes favoris, regarder des vidéos live ou des programmes de variété, ou inviter des amis à regarder des choses ensemble.

— Qu’est-ce qui t’as fait accrocher avec les groupes de K-Pop ?

HARUNA : J’ai été attirée par les groupes de K-Pop il y a 10 ans aussi, donc depuis le début j’ai eu tendance à accrocher avec la K-Pop (rires). Je me suis petit à petit intéressée à BTS quand la pandémie a débuté ; j’ai aussi commencé à regarder [l’émission de compétition] Nizi Project. J’aimais les chansons de K-Pop de groupes comme TWICE et ITZY qui étaient utilisées dans l’émission, et j’ai commencé à écouter et regarder tous genres de groupes. Aussi, à cette période, j’ai eu un message d’un·e ami·e qui sait que j’ai accroché avec la K-Pop avant, et comme pour remuer le couteau dans la plaie, il/elle a dit, “Je suis addict à BTS dernièrement. Tu les aimes pas ?” (rires). Du coup quand j’ai commencé à plonger dedans, j’ai fini par y être addict (rires).

— Les timings différents se sont assez bien superposés (rires). Quels groupes en particulier aimes-tu ?

HARUNA : BTS est bien-sûr une des raisons pour lesquelles j’ai accroché avec la K-Pop… Mais j’ai beaucoup de favoris. Je suis actuellement dans les fan-clubs de BTS, ENHYPEN, NCT et TOMORROW X TOGETHER (rires).

Actuellement, j’adore en particulier WayV, une des divisions de NCT. WayV se compose principalement des membres qui viennent de Chine et la plupart de leurs chansons sont en Chinois – ils font partie du fameux genre C-Pop. C’est amusant parce qu’on apprend à connaître de nouveaux genres par divers groupes de K-Pop.


— Avoir autant de favoris rendrait l’“oshikatsu” compliqué…


HARUNA : C’est le cas ! Il y a de nouvelles choses de quelqu’un tous les jours, et c’est assez pour en vivre (rires). Malgré mes jours de congés, je n’ai pas assez de temps pour apporter ne serait-ce qu’un peu de soutien. Par exemple, j’ai eu une infolettre au moment où cette interview a commencé.


— Est-ce que les membres de ton groupe sont au courant de ton addiction pour la K-Pop ?


HARUNA : C’est juste comme ça – parce que MAMI a accroché avec la K-Pop en même temps, nous échangeons constamment des infos. MAMI est également dans quelques fan-clubs et parfois, elle aime des groupes différents de ceux que j’aime, donc j’ai appris tout un tas de choses (rires).


Quel genre de musiques veux-tu écouter pendant tes congés ?


— Ta playlist “Musique que je veux écouter pendant mes congés” est aussi joliment pleine de chansons de K-Pop (rires).


HARUNA : Je pensais qu’il serait mieux de choisir des chansons de différents genres, mais j’ai tout simplement choisi la musique que j’écoute pendant mes congés. En ce qui concerne l’expression de qui je suis actuellement, ce n’est rien d’autre que de la K-Pop ! Désolée de mettre la musique que j’aime à fond (rires).


— Dirais-tu que tu mets MAMAMOO, qui sont les meneuses du concept girl-crush [Mouvement montrant l’image d’une femme confiante et charismatique, destinée au public féminim], sur la liste parce que tu comprends ce qu’elles font ? J’ai la sensation que SCANDAL a des ressemblances à ce groupe, y compris sa position contre les discriminations basées sur l’apparence et son concept de “Si je ne rentre pas dans les standards de beauté de cette ère, je serai un standard différent”.



HARUNA : Je ne l’ai pas fait avec cette idée en tête. Je pense juste qu’elles sont cool, et j’aime leur maquillage et leurs tenues. Cela dit, ces valeurs pourraient également nous être pertinentes. Je pense qu’il est mieux d’exprimer ce qu’on aime et de l’apprécier sans se poser de questions, plutôt que d’exprimer quelque chose parce qu’on se soucie de ce que les autres pensent. Je veux vivre ma vie en mettant en valeur l’individualité et l’humanité de chacun d’entre nous. C’est quelque chose que le groupe a récemment réalisé, donc nous essayons de l’incorporer dans nos chansons, artworks, maquillages, et tenues. C’est pourquoi je compatis avec l’idée de MAMAMOO.


— Y a t-il eu quelque chose dont tu as pris conscience récemment ?


HARUNA : Il y a eu un moment où j’ai eu la sensation que nous n’étions pas vues comme des femmes qui ont la trentaine bien que nous l’ayons, parce que nous avons fait nos activités sans que l’impression que nous avions à nos débuts ne déteigne. Peu importe, l’image “longs cheveux noirs et tenues d’écolières” viendrait toujours en première. Du coup, peu importe la quantité de musique que nous avons fait en étant fidèles à nous-même, j’avais la sensation que nous ne pouvions pas communiquer ce que nous voulions à cause de l’influence de cette image profondément ancrée. Quand je me suis demandée pourquoi nous ne pouvions pas nous débarrasser de cette image, j’ai réalisé qu’une raison pouvait être que c’est parce que nous n’avons pas dévoilé nos vies privées. J’ai ressenti les mérites de ne pas communiquer ce que nous pensons ou ressentons, comme des choses dures ou amusantes. Nous avons les mêmes sentiments et pensées que des personnes de notre âge, mais si nous ne montrons pas ce côté de nos vies de tous les jours, alors nos paroles – peu importe le travail que nous avons mis dedans – n’atteindront pas les gens.

À partir de notre album Kiss from the darkness sorti en 2020, nous avons commencé à nous exprimer avec des mots et les avons envoyés à tout le monde. Nous disons que nous nous sentons blessées, tristes, seules, heureuses, et que nous nous amusons comme tout le monde. Nous travaillons sur toutes sortes de choses avec la notion de vouloir que tout le monde sache que nous sommes humains, comme eux.


— En parlant de tes préférences sur Twitter, est-ce que ton but est de montrer ton “humanité” ?


HARUNA : Ça pourrait être une raison. Parler de ses préférences est une chose très personnelle, mais aimer des groupes fait partie de qui je suis à l’heure actuelle. Je ne partage pas des choses avec en tête l’idée de “J’ai besoin de montrer mon humanité !”, mais si je veux juste parler de mes préférences, alors je le fais ! Et en le faisant, des fans me disent des choses du style, “J’aime les mêmes artistes”, ou, “Je suis content·e que ma favorite (HARUNA) ait les mêmes favoris (groupes de K-Pop) que moi”. En partageant ce qui m’intéresse, je suis contente que les fans se sentent plus proches de moi.


— Avoir des intérêts communs sur des préférences comme part entière de la mentalité de fan est une bonne chose. Maintenant, dis-nous quelles chansons de ta playlist que tu aimes vraiment écouter !


HARUNA : “Permission to Dance”, de BTS. C’est une chanson de leur album Butter, sorti en juillet. Cette chanson m’a vraiment sauvée.


— Sauvée ?


HARUNA : Après que la pandémie a commencé, les artistes musicaux pouvaient être qualifiés de naïfs s’ils utilisaient des mots qui pouvaient faire du mal à quelqu’un, ou mettre mal à l’aise. En choisissant les bons mots, nous avons essayé de faire une chanson qui donnerait de la joie aux gens et les rassurerait. Nous voulons toujours que la musique soit, au minimum amusante, et nous avons commencé à penser que nous n’avons pas besoin de poser des limites sur notre musique. Nous voulions inclure cet état d’esprit positif dans notre nouvelle chanson “one more time”.



Le clip de “Permission to Dance” est en fait sorti vers la même période durant laquelle nous étions dans la production de “one more time”. Voir des scènes du clip où les gens retirent leurs masques, se prennent dans les bras, et s’amusent en dansant sur de la musique m’a donné l’impression de regarder un autre monde, et en même temps, j’ai été sauvée par le fait que la musique devrait être au minimum amusante ! Cette chanson m’a fait penser que la chanson que nous faisions n’était pas impertinente.



La nouvelle chanson “one more time” exprime la dualité de SCANDAL


— En aimant la K-Pop, y en a t-il une partie qui se reflète sur la musique de SCANDAL ?


HARUNA : En effet – “one more time” est très influencée par la K-Pop. MAMI, qui est accro à la K-Pop, a composé la musique, donc elle en a complètement été inspirée. C’est amusant de ne pas faire que jouer de ses instruments, mais aussi d’incorporer toutes sortes de sons.

L’ingénieur du son avec lequel nous travaillons tout le temps est souvent présent quand des artistes de K-Pop enregistrent des chansons en Japonais, donc “one more time” a été enregistrée avec de la K-Pop en tête. Nous enregistrons généralement deux couches de voix au plus, mais cette fois-ci nous en avons fait trois couches et les avons utilisées à plusieurs reprises. Aussi, j’ai essayé d’incorporer une technique de respiration qui donne un sens de rythme avec ma voix. Nous avons aussi essayé d’enregistrer d’une manière relativement différente qu’avant.


— La chanson en face B, “one more time (PARTY ver.)”, est la même chanson enregistrée acoustiquement. C’est fou comme la sensation change juste par ce changement de son.


HARUNA : Nous avons exprimé la dualité de SCANDAL avec “one more time”, et “one more time (PARTY ver.)” est une autre facette de la piste principale, puisque nous n’utilisons que nos voix et des instruments, donc nous espérons que la même chanson peut être appréciée de différentes manières. Par coïncidence, nous étions aussi à la direction de tout.



— Tu as pris ton addiction à la K-Pop, qui est différente du son de ton groupe, et a absorbée cette musique dans vos propres chansons. C’est surprenant et très intéressant.


HARUNA : Cela dit, avant d’être dans SCANDAL, j’ai fait de la danse pendant environ 10 ans, et je voulais être une chanteuse parce que j’admirais Namie Amuro et SPEED, et les chansons de Tetsuya Komuro [ce dernier a collaboré avec SCANDAL sur Place of life]. Ce que j’ai remarqué récemment est que la racine même de tout ça est parce que j’aime danser. Maintenant, j’aime qui je suis en tant que membre de SCANDAL, y compris qui je suis durant mes congés. Je suis entrée dans une phase dans laquelle j’accepte et exprime ces deux côtés de moi.


— As-tu l’impression qu’il est devenu plus facile de vous exprimer ?


HARUNA : Tout à fait. Nous avons eu beaucoup de difficultés pendant longtemps parce que nous n’avons pas formé le groupe par nous-même, et parce que nous nous sommes formées à une école de danse et d’entraînement vocal. Ça a pris un certain temps pour établir notre sens d’être des membres d’un groupe, et il y a aussi eu des moments où nous avons ressenti que “nos forces” que nous avions car nous nous étions formées à une école de danse étaient des complexes pour nous.
Mais maintenant je peux dire que j’aime tout, y compris le passé, et j’apprécie vraiment qui nous sommes actuellement. C’est pourquoi il est devenu plus facile de nous exprimer.


Ce que SCANDAL pense maintenant après avoir célébré son 15ème anniversaire

— Le 15ème anniversaire de SCANDAL était cette année. En écoutant ce que tu as dit, HARUNA, j’ai vraiment ressenti ton état d’esprit de continuer à poursuivre vos propres façons de vous exprimer.

HARUNA : Jusqu’ici nous avons travaillé dur pour être reconnues comme un groupe et comme SCANDAL, et il en a résulté que nous avons pu rester ensemble durant cette longue période de 15 ans et nous sommes enfin libres d’essayer toutes sortes de choses. À partir de maintenant, je serai honnête avec moi-même et vivrais sans cacher qui je suis vraiment. Nous sommes aussi très intéressées par ce qui arrivera aux nombreuses années d’activités de SCANDAL à venir.

— J’ai vraiment hâte de voir comment SCANDAL va changer quand le groupe atteindra ses 20ème et 30ème anniversaires.

HARUNA : J’ai également vraiment hâte. Cependant, étant donné qu’aucune de nous ne s’est mariée ou n’a eu d’enfants, il est impossible de prédire comment les choses changeront quand de tels évènements se produiront. Il se pourrait que nous ayons besoin de ré-imaginer comment nous faisons nos activités, surtout si nous avons des enfants. Bon, quand je vois des amies musiciennes qui retournent directement dans leurs activités après s’être mariées ou avoir donné naissance, ça me fait penser que nous pourrions continuer à jouer de la musique. Je me demande si nous devrions juste y penser au moment venu (rires). Nous ne savons pas ce que le futur peut apporter, mais parce que nous sommes confiantes face aux challenges à chaque entrée dans une nouvelle phase, je veux que nous restions toujours comme nous sommes.

Gatien Sibieta |

Gatien, 21 ans – Musicen/ne autodidacte, mélomane

J'ai découvert SCANDAL le 26 mars 2020 avec Masterpiece, alors que j'avais plus que jamais besoin de la bonne humeur et de l'honnêteté émotionnelle et artistique qui fait toute la beauté de SCANDAL. Les bonnes ondes qu'elles partagent peuvent parler à tout le monde, car la frontière linguistique n'est qu'une illusion qui n'attend que d'être brisée par l'enthousiasme de fans du monde entier. Chez SCANDAL★FRANCE, nous contribuons à vous le prouver !

Leave a Reply