{#Interview} Go!Go!GUITAR, Mars 2018

Au cours de cette année marquant le 10ème anniversaire de leur premier album en major, SCANDAL sortira son 8ème album intitulé『HONEY』, un jeu de mots ref. au 21/8, date de leur formation*. Elles ont aussi parlé de cela, mais peu importe comment leur carrière avance, elles ne perdront pas leur envie et leurs émotions pour leur étincelante musique rock. C’est un chef-d’œuvre où même leurs existences se font sentir. Nous avons beaucoup parlé de『HONEY』cela continuera dans le numéro du mois prochain.

*Au Japon la date s’écrit ainsi 8/21 (hachi nijuuichi) en forme contracté on obtient HA NII qui se transforme par la suite en HONEY


Nous voulions mettre un peu de clinquants et de substances chimiques avec du dynamisme

―Est ce que la période de production de l’album était au milieu de la Tournée des 47 Préfectures (3~7/2017)?

MAMI : Nous avons inclus deux nouvelles chansons dans『SCANDAL』, et on a commencé à en accumuler en anticipation du prochain album. Donc, on dirait que nous avons pris beaucoup de temps à faire 『HONEY』.

―Avez-vous l’impression d’accumuler de bonnes chansons plutôt que d’aller avec un concept ?

MAMI : Nous avions des chansons en stock de l’an dernier, donc les temps de production, à proprement parler, sont partout, mais quand nous les avons rassemblés, il y avait un grand nombre de chansons liées à « l’amour ». Cet axe a été mis en place, et ça s’est fait naturellement parce qu’on a fait des chansons pour entourer ça.

―Il y a beaucoup de paroles féminines qui parlent d’amour, alors je me demande si les femmes vont sympathiser avec elles.

RINA : Nous n’écrivons pas de paroles destinées aux femmes, car il est important de faire de la musique qui puisse plaire à tous le monde, sans distinction de sexe, d’âge ou de nationalité. Donc, ce dont nous étions le plus conscients lors de la réalisation de cet album, c’est que ça faisait 11 ans que le groupe s’était formé, et qu’il sortirait lors du 10ème anniversaire de notre premier major album. Nous voulions faire quelque chose qui était emballé avec un « Nous pouvons encore attaquer et nous mettre au défi de faire croître notre musique rock après 10 ans! », « Faisons cela, SCANDAL! »-excitation comprise. C’était la première fois que nous voulions faire un album frappant avec notre impression d’être un groupe, donc nous avons collecté des morceaux qui étaient comme ça, nous avons cassé le concept standard d’écrire 12-13 chansons juste parce que nous faisons un album, et y mettre les 10 plus fortes chansons.

―Quand je l’ai écouté, j’ai vraiment ressenti vos impulsions initiales et j’ai senti que vous aviez choisi les 10 meilleures chansons.

RINA : Nous avons plus de 100 chansons, mais parce que lors de nos concerts, nous voulons jouer avec soin chacune de nos plus vieilles chansons, nous voulions façonner le nombre de chansons en fonction de ce que nous sommes maintenant plutôt que d’augmenter inutilement notre nombre de chansons, et façonner correctement ce qui correspond à notre esprit actuel. Mais, être capable de faire un album aussi frais dans cette carrière est une bonne chose. Il est rempli d’une force qui vous fera penser: « N’est-ce pas un premier album ? »!

―『YELLOW』, sorti en 2016, était le premier album où vous avez fait toutes les paroles et la musique vous-même. Je ne pensais pas qu’un album aussi récent viendrait après ça.

RINA  : Je pense qu’il y a eu des réactions de ce genre parce que c’était un album qui, dans le bon sens, était clément et avait une forte image qui était dure et détendue. Nous voulions mettre un peu de clinquants et du dynamisme ainsi qu’un élément chimique dans 『HONEY』, donc je pense qu’il s’est avéré être un album qui met en évidence les points forts de SCANDAL.

―HARUNA, qu’avez-vous pensé en écoutant les chansons accumulées ?

HARUNA : Je pense que c’est un album sans sens de l’unité – dans le bon sens du terme – et plein de nos premières intentions. Bien que nous ayons rassemblé des chansons avec toutes sortes de genres, nous avions l’impression de pouvoir créer le roi de tous les genres.

―Et pourtant, tous sont de « SCANDAL ».

HARUNA : Oui. Nous pensons que définitivement tout est de SCANDAL.

―Qu’en penses-tu, TOMOMI ?

TOMOMI : C’est un sentiment très privé. Ce sont des événements qui se sont produits dans un rayon de quelques kilomètres de nos maisons. Je pense que c’est un album qui a de l’expérience et de l’imagination. Il comprend également les sons que nous aimons, ainsi que les sons et les mots que nous entendons dans la vie quotidienne.

―C’est définitivement vrai pour「Mado wo Aketara」(Ouvre une fenêtre) paroles et musique de TOMOMI.

TOMOMI : Pour ouvrir une fenêtre, il n’est pas nécessaire de quitter la maison (rires).

HARUNA : N’est-ce pas une chanson qui a été mise de côté il y a des années ?

TOMOMI : C’est une chanson faite avant『YELLOW』et qui était mise de côté tout ce temps. Récemment, j’ai été obsédé par les chansons qui restent coincées dans votre tête. J’ai fais des allusions à elles et fait cette chanson. C’est une chanson qu’elle a écrit lorsque je suis nerveuse car lorsque je suis dans cet état une pluie de mots me vient à l’esprit. Je me suis senti très heureuse et rafraîchi quand ça a pu prendre forme.

RINA : Elle correspond vraiment à l’atmosphère de『HONEY』et c’est une chanson que nous avions toujours voulu faire un jour.

 

―On a l’impression de chanter dans toutes sortes de voix sur『HONEY』. Comment était-ce du côté des voix ?

HARUNA : Il y a aussi des chansons qui ne m’incluent pas, mais tout était un nouveau défi pour nous. La façon dont nous avons chanté chaque chanson aussi, nous avons chanté toutes les 10 chansons avec des personnalités différentes. Comme je n’ai pas écrit de paroles ni de musique cette fois, je me demandais comment j’allais aborder ces chansons écrites par les autres membres. J’ai réfléchi à quel genre de protagonistes et à quel genre d’émotions elles chantent plus que jamais auparavant. En étant capable de faire cela, je suis vraiment tombée amoureuse de mon chant.

 

―Vous êtes seulement tombé amoureuses de ça récemment !?

HARUNA : Y compris le processus de fabrication, j’étais satisfaite de mon chant. Jusque-là je n’étais pas sûre et demandais à tout le monde des opinions telles que « Comment devrais-je chanter ça ? », Mais cette fois-ci je suis arrivée à pouvoir me suggérer : « C’est comme ça que je veux chanter ! »

 

―On dirait que votre chant a changé depuis 「Take Me Out」.

HARUNA : Mon approche du chant a changé à partir de cette époque. J’ai aussi l’impression que l’étendue de mon chant s’est aussi élargie.

Nous avons eu un peu de mal et nous avons fait ça à la toute fin

―L’album commence à partir de votre chanson principale「Platform Syndrome」, un titre qui vous fait ressentir un élan et une fraîcheur qui représentent spectaculairement cet album.

RINA : Cette chanson était terminée juste à temps. Quand nous étions à une semaine de la date limite, nous voulions faire une chanson qui serait le visage de l’album. Nous avions besoin d’en faire une, et nous avons réfléchi à quel genre de chanson serait la bonne. Donc, le genre que nous voulions faire le plus était une chanson rock agressive. En allant avec une qui était instantanément accrocheuse et facile à comprendre, nous avons fait un air rock rapide qui fait ressortir tout cela.

MAMI : Nous avons aussi commencé à enregistrer d’autres chansons, et même si nous avions aussi décidé quels jours nous allions enregistrer, nous avons eu un peu de mal et nous avons fait ça à la toute fin.

 

―Je pensais que la deuxième piste「OVER」aurait aussi été une bonne piste à mettre en première …

MAMI : Actuellement, 「OVER」 et 「Platform Syndrome」 ont été écrites en même temps (rires).

RINA : Elles étaient toutes les deux finies en un jour. Le lendemain où nous avons terminé「OVER」était quand nous avons terminé「Platform Syndrome」.

MAMI : C’était comme si nous pouvions encore faire plus. Ce sont des chansons que nous n’aurions probablement pas pu écrire si nous n’étions pas pressés par le temps (rires).

RINA : Je suis contente que nous ayons pu les faire (rires).

HARUNA : C’est génial parce que ce sont des chansons bien faites. Quand on m’a envoyé ces deux chansons, j’ai pensé: « C’est tellement génial ! » (rires).

MAMI : En y pensant maintenant, on se dit: « Quel genre d’album aurait été fait sans ces deux chansons? », N’est-ce pas?

TOMOMI :「Electric Girl」 aurait pu être la première piste (rires).

RINA : C’est une qui est tape-à-l’œil.

TOMOMI : Parce que ces deux là sont des chansons que nous n’avions pas prévu de mettre sur l’album en premier lieu, je me demandais si l’album serait resté dans la forme qu’il avait été. Si tel était le cas, alors l’idée n’aurait pas été clair – plutôt, il se serait avéré être un album qui aurait était vague. Mais, quand on m’a envoyé ces chansons, j’étais convaincu que l’album était enfin terminé.

 

―「Platform Syndrome」est aussi un bon titre et comporte des paroles sur l’amour perdu, mais le sentiment d’avant-garde en fait une première piste appropriée.

RINA : Le jour après avoir rompu avec votre moitié pourrait être le plus douloureux. Vous êtes dans un état d’esprit rêveur et ne pouvez pas le croire. Au contraire, c’est ce genre de sentiment pelucheux. Aussi, j’ai toujours pensé qu’une plate-forme (= gare) est l’endroit où des dizaines de milliers de personnes vont et viennent. Chacune de ces personnes a sa propre vie. Ce à quoi j’ai pensé le plus, c’est d’où ils viennent, où ils vont, ce qu’ils ressentent. Les trains transportent et déplacent beaucoup de personnes. Quand la mélodie de MAMI est arrivée, cette atmosphère est vraiment venue à l’esprit. Donc, j’ai rapidement écrit les paroles qui correspondraient à cette image en environ 30 minutes.

 

―Vous avez eu ce genre d’histoires sur les deux premiers morceaux ! La quatrième piste「Oh! No!」composée et chantée MAMI et passe d’une atmosphère dynamique à un léger retrait.

MAMI : Cette chanson est aussi une de celle qui a été faite pendant『YELLOW 』. Tout le monde l’a aimé et voulait l’essayer sur cette version, mais c’est une chanson absurde.

TOMOMI : Nous l’avons d’abord enregistré avec la voix de HARU, mais comme c’était la chanson de MAMI et elle convenait à la protagoniste des paroles de cette chanson, nous avons parlé d’en faire une chanson avec la voix de MAMI et l’avons ensuite changée à mi-chemin.

MAMI : C’était comme si, « Je vais la chanter !? » (des rires). Je l’ai chanté relativement correctement, sur l’enregistrement, donc je veux en faire de même quand je la ferai en live.

 

―C’est impressionnant ça「Midnight City」avec RINA au chant [pendant les couplets] et passe sur HARUNA pendant le refrain.

RINA : Pendant que j’écrivais des chansons d’amour, je voulais écrire sur beaucoup de choses, et j’ai vraiment pris en considération ce que je pourrais écrire à propos de ce qui serait amusant. Donc, c’est une chanson qui se bat contre vous-même. Quand je fais des choses comme prendre un bain, je pense toujours à des choses comme: « Même si je veux devenir encore meilleur, pourquoi suis-je comme ça! ».

MAMI : Toi te battre (laughs).

RINA : Chaque jour, je me compare à d’autres, je me demande pourquoi je n’arrive pas à faire quelque chose après 10 essais alors que tout le monde le fait du premier coup ou que je suis frustré par moi-même.Je pensais que, bien qu’il y ait plusieurs fois où je ne m’apprécie pas, ce serait génial si je pouvais chanter à propos de comment je peux passer une journée où je peux être gentille avec moi-même.

 

―Il doit y avoir beaucoup de gens qui peuvent sympathiser avec ce genre de sentiments. Quand la musique vous fait oublier des choses comme ça, vous chantez le refrain, n’est-ce pas?

RINA : Je pense que la musique est la meilleure évasion, quelque chose qui fait normal de se sentir raté, et ce n’est pas démodé ni pas cool. Je veux que les gens s’aiment encore plus.

 

―Au fait, comment ça va être en live?

RINA : Je vais chanter en battant!

HARUNA : Ce ne serait pas la première fois que tu jouerais de la batterie tout en chantant ?

RINA : Le seul instrument que j’ai joué en faisant la voix principale est une guitare …

HARUNA : Ce serait vraiment difficile (rires).

RINA : Je suis une batteuse rusée (rires), mais je m’entraînerai.

 

―Parlant de difficile, qu’en est il de「Electric Girl」?

MAMI : Cela a un impact (rires) !

RINA : Nous étions conscients de cela tout en l’enregistrant ! C’est tellement génial. C’est une chanson enjouée.

HARUNA : Je me demande comment ça va le faire en live?

RINA : Je pense que ce sera excitant.

MAMI : Parce qu’il y a nos sentiments de vouloir jouer un concert. Ce serait génial si tout le monde pouvait chanter avec nous.

 

―Comme la partie《Isseーnoーse》 ?

RINA : Nous voulons que tout le monde chante cette partie pendant un concert. Aussi, en fermant l’album avec「Koisuru Universe」qui est la meilleur.

MAMI : C’est un grand plus.

RINA : Nous voulions le fermer avec un sentiment de bonheur. Bien que ce soit une chanson d’amour, elle a la ligne 《Un univers parfait dans lequel je vous ai rencontré》. C’est un univers que ceux qui ont pris notre CD, nous ont rencontré. C’est pourquoi nous voulions terminer avec une bonne chanson.

 

―Vous serez également en tournée pour soutenir l’album.

HARUNA : La prochaine étape est notre première tournée de grande salle en trois ans.

RINA : Nous commençons actuellement à réfléchir un peu à la liste des sets, mais nous voulons jouer des live dans un format qui exprime visuellement ce que nous voulions faire sur l’album.

 


 

Le clip de Platform Syndrome tourné en caméra rapproché !

Le clip vidéo de「Platform Syndrome」a eu lieu dans un studio à Tokyo. Avec le travail de caméra à 360 ° et leur performance «utilisant des cierges magiques»,un MV qui colore la vue du monde de cette chanson a été complété.

Les membres se sont mis en cercle et ont été filmé à 360 ° au centre de la pièce ! Elles ont réalisé un superbe clip musical totalement inédit, cool et dramatique.

 

Présenter l’univers de la chanson à travers les feux de Bengale et l’éclairage!

Commentaires: C’est devenu un clip intense et cool

 

 

―L’idée du clip est-elle venue des membres ?

RINA : Il y a quelques temps, nous voulions tourner un clip cool avec une performance qui a eu un impact important, nous avons donc transmis nos opinions au réalisateur. Nous les avons fait ressortir une sensation de plate-forme avec l’éclairage. Des étincelles jaillissent au cours de la seconde moitié, montrant un flash et de la fraîcheur. Dans l’ensemble, il s’est avéré être un clip emballé avec la fraîcheur du groupe. Nous avons envoyé grave cette fois.

HARUNA : Les étincelles n’étaient pas chaudes même si vous les touchiez en tournant autour. Mais, la douleur musculaire ça craint (rires).

RINA : Le lendemain, c’est vrai ! Donc, le lendemain, nous avons joué un concert en direct avec KEYTALK tout en ayant des douleur musculaire.

HARUNA: Et ça a guéri la douleur (rires).

 

―C’était bien d’avoir l’ensemble du studio représenté comme il est.

MAMI : C’est comme si tout était montré, même les parties que vous ne pouvez pas voir!

TOMOMI : C’était la première fois que nous tournions avec ce réalisateur, mais ils correspondaient à l’électricité dont nous parlions, et nous avions l’impression d’être très compatibles.

HARUNA : Son nom est Kei Ikeda, et il a tourné des clips pour THE ORAL CIGARETTES et d’autres. C’est une routine pour lui de tourner pour des groupes.

RINA : C’est une sensation très intense et cool.

 

 Sources : SH

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :