{#Interview} FLYING POSTMAN PRESS, Volume 210

SCANDAL et leur connexion profonde à la culture pop

Nous pensons que pour défier un son pop signifie que nous n’atteignons pas notre objectif. 

Dès le moment où nous l’avons pensé, nous avons pensé que la pop pourrait être notre meilleure arme

SCANDAL est en train de faire naître un tourbillon de groupes de filles non seulement au Japon, bien sûr, mais dans le monde entier. Sublimant la sensualité et la gentillesse dans leur propre style pop, elles fascinent de nombreux fans sans tenir compte des frontières, des sexes ou de l’âge. Quels sont les sentiments de ces filles envers la culture pop qui les ont troublés pendant longtemps?

 


-Êtes-vous consciente d’avoir un son pop lorsque vous faites de la musique? 

RINA :「Oui. Mais, nos intentions ne sont pas que « Nous voulons sortir un son pop. » Je pense que nos intentions sont plutôt: «Quand nous créons tous les quatre des sons, ça devient pop.»

-N’est-ce pas génial? 

RINA :「Mais c’était une longue période où cela avait été complexe pour nous …」

TOMOMI:「Quand le groupe s’est formé, j’ai été choqué quand j’ai lu Le roman autobiographique de Kenji Ohtsuki「Gummy Chocolate Pineapple」. Le protagoniste est quelqu’un qui n’était ni clinquant ni clair à l’école. Cependant, il pensait que la musique populaire n’était pas cool; il était très expérimenté dans les musiques core, les films de série B et la soi-disant sous-culture; et sentait qu’il était différent de ceux qui les entouraient. C’est une histoire à propos de la formation d’un groupe et d’une confiance sans fondement qui lui permettra de réussir dans le monde de la musique. Quand j’ai lu ça, j’ai pensé que je n’étais pas du côté du protagoniste. Je n’étais pas quelqu’un qui aimait les sous-cultures, et je pensais qu’il était stupide. En outre, les sous-cultures semblaient extrêmement cool. Après cela, SCANDAL commenca et j’ai pensé à propos de : « Je veux que nous soyons un groupe qui n’a pas de chemin standard! » m’a frappé.

-Je vois.

MAMI :「A cette époque, nous avons choisi de faire des shows comme des combats de MMA avec des groupes tels que ceux de The50kaitenz et Midori. Ils étaient cool, nous les admirions et nous étions heureuses. Mais, cela signifiait que nous étions également conscientes que nous ne pouvions pas jouer ce genre de musique … 」

HARUNA :「 Nous perdrions si nous utilisions la sous-culture comme arme et combattions un groupe qui était un pilier de la subculture. Il s’est avéré que nous pouvions nous battre avec notre arme la plus brillante. Il nous a fallu beaucoup de temps pour réaliser que nous nous refusions à nous mêmes, et ces pensées tordues étaient les pires. Nous voulons l’accomplir complètement maintenant. 」

TOMOMI :「 Nous nous voyions obliquement tout ce temps (rires). Il nous a fallu du temps pour remarquer à quel point il est cool de suivre un chemin standard. 」

RINA :「Nous pensons que pour défier un son pop signifie que nous n’atteignons pas notre objectif. À partir du moment où cela nous a semblé bien, nous avons pensé que la pop pourrait être notre meilleure arme. C’est exactement pourquoi nous sommes confiantes que nous pouvons prendre n’importe quoi. Donc, nous pourrions être conscients de la culture pop qui va à l’encontre de la culture pop. Tout le monde veut la lune. Mais c’est la personnalité qui prime d’abord, n’est-ce pas ? –

-Donc, maintenant, votre meilleure arme est que si vous produisez tous les quatre des sons, vous pouvez produire des sons pop.

RINA :「Oui. Si vous analysez comme pop, vous verrez qu’il contient de la subculture. Si quelque chose d’important est attrayant, nous devrions analyser en pop. J’aime les films de Sofia Coppola, en particulier 「Lost In Translation」Ce film se déroule à Tokyo. Ce Tokyo filmé par les Américains ressemble à une ville de subcultures. Cette manière tape-à-l’œil de la façon dont elle est montrée semble étrangement fanée, et il semble que le plaisir et la fraîcheur exportée de Tokyo vus de l’étranger n’aient pas été remarqués par les locaux. Je pense que c’est compréhensible pour nous aussi. Des éléments de la subcultures et de la pop sont ressentis à l’étranger, et qui inclus de la pop qui semble complexe, et j’espère qu’ils sont amusés par ce mélange. 」

-Vous avez terminé votre nouvel album『HONEY』où le côté pop et la gentillesse de SCANDAL en resortent. 

HARUNA :「Avec notre album précédent 『YELLOW』où nous avons écrit toutes les paroles et la musique, nous avons de nouveau connu le plaisir de la production musicale. Nous avons également terminé une tournée complète des préfectures ainsi qu’une à l’étranger. Il manquait quelque chose à cela, et nous voulions augmenter notre nombre de chansons pop qui expriment encore plus notre appel. C’est une grande chose pour nous de pouvoir sortir cet album cette année, le dixième anniversaire de notre premier album major. 」

MAMI : 「C’est un travail que nous avons eu à faire avec tout ce que nous voulions faire. Les éléments qui ne sont pas dans cet album ont pu être capturés dans les chansons précédentes. Il s’est transformé en un album où chacun des points s’est connecté juste au bon moment. Celles qui ont été terminés en dernier sont les deux premières chansons, 「Platform Syndrome」 et 「OVER」. Elles étaient de celles où « Nous voulons des chansons percutantes! ». 」

-TOMOMI a écrit les paroles de 『Mado wo Aketara』. 

TOMOMI :「Cette chanson est la plus ancienne. C’est une chanson que j’ai écrite une nuit où j’avais l’impression que mes sentiments – plutôt, mon âme, flottaient. Mizuki Masuda de Negoto  a fait l’arrangement; je me suis teint avec sa couleur. 」

RINA :「Nous voulions que ce soit un album où nos auditeurs auraient excité des sentiments d’anticipation, comme « SCANDAL travaille encore dur ! » C’est notre dixième année d’être un groupe de label majeur, mais nous aussi nous voulons être excités et avons été particulièrement soucieux de transmettre un tempo et un ton faciles à comprendre.

-Midnight City est aussi une chanson sympa. 

RINA :「Quand MAMI a fait cette chanson à la maison, c’est exactement quand nous avons parlé de » Nous sommes vraiment un groupe pop, n’est-ce pas?  » (rires). Nous étions comme, « Ok, nous allons dégager des chansons que nous pouvons écrire parce que nous sommes pop ! » Par exemple, d’autres groupes pourraient être opposés à l’ajout du mot «ichigo» (fraise) dans leurs paroles (rires). Cette chanson a commencé avec « ichigo » dans les paroles. 」

-J’ai été également surprise par la gamme d’expression de HARUNA dans ces chansons. 

HARUNA :「J’ai ressenti le chant le plus confortable que je n’ai jamais eu avec cet album. J’ai abordé 「Platform Syndrome」,「Short Short」et「Electric Girl」, toutes différemment, mais j’étais vraiment confiante que je pourrais m’amuser avec ces trois chansons à ma façon. J’ai été capable de ressentir le moment où j’ai dépassé mes limites. J’ai pu apprécier le chant de cette nouvelle manière ces deux dernières années. Je veux aussi que nos auditeurs continuent à être excités par eux-mêmes.

Sources : SH (trad)
Flying Postman Press

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.