{#Interview} Kiyou Bank × FM802 DREAM BANK PROJECT

16142558_1201458219949751_771778861840727154_n.jpg

La première chose que nous aimerions vous poser concerne le premier rêve que vous avez eu. Vous souvenez-vous du vôtre?

HARUNA : Le mien était de devenir chanteuse. Je le savais déjà quand j’avais 5 ou 6 ans. Je regardais Namie Amuro et je savais que je voulais devenir chanteuse car je souhaitais devenir comme elle.

Et vous, avez-vous déjà entendu parler de ce rêve ?

RINA, TOMOMI, MAMI : Oui.

RINA : Nous nous sommes rencontrées dans une école de danse. À cette école, il y avait beaucoup de gens qui venaient pour des leçons ainsi que de nombreuses personnes qui voulaient aller dans le show-business. Je savais dès le début qu’HARUNA était quelqu’un qui fréquentait l’école pour devenir pro.

Est-ce que vous quatre, visaient également à être des artistes ?

MAMI : Nous sommes en fait toutes différentes à cet égard. C’était comme ça pour HARUNA et RINA. TOMOMI et MAMI lorsqu’on étaient à l’école de danse à l’époque pour apprendre, et nous y sommes allées parce que la danse en elle-même était amusante

Il s’agit de cette école de danse en verre sous cette structure élevée à Kyobashi, n’est-ce pas?

SCANDAL : Oui en effet  !

16174426_1201457989949774_5792578644089021708_n.jpg

16265907_1201458009949772_7354891594565301114_n.jpg

Il semble que les choses ont bien progressé pour vous les filles qui avaient fixé un objectif de vouloir devenir artistes après vous être rencontrées à l’école et formées un groupe. Comment vous sentez actuellement par rapport à ça ?

HARUNA :  C’était comme ça au début. Nous étions très frustrées. Je pense que c’était particulièrement comme ça pour moi et RINA, qui voulait de chanter et danser. La notion de «jouer des instruments» fut soudainement placée devant nous, et nous avons senti notre destin faire un 180°.

Ce fut un sentiment de frustration ?

HARUNA : C’était une collaboration où il était impossible de couper nos rencontres les unes avec les autres et nous marchions pas à pas à l’intérieur d’une frontière, alors nous avons imaginé que nous allions élargir notre champ plus loin en utilisant cela comme une expérience.

Ce que vous vouliez faire était de danser et de chanter. Avez-vous pensé que vous résisteriez aux revers qui tombaient tout à coup sur vous?

HARUNA : Les sentiments d’être capable de nous exprimer avec la musique, peu importe ce que la forme nous a gagné plus.

RINA : Nous avons pensé que nos possibilités s’élargiraient.

Comme si vous pouviez finir par faire de la musique à la fin, peu importe si ce serait par la danse ou un groupe.

HARUNA : Oui, nous nous sommes aussi intéressés aux instruments. Je n’ai jamais pensé à cela comme une option jusqu’à maintenant.

Comment se passait-il alors le fait de tenir entre ses mains des instruments?

MAMI : Beaucoup de choses nous ont surpris car nous n’avions aucune connaissance. Mais au moment où nous avons laissé sortir un simple son … le moment où nous quatre avons laissé ensemble sortir un son était si émouvant. C’était comme, « Un son est sorti! » (rires). C’était comme si nous étions tombés sur quelque chose de nouveau pour nous exprimer d’une manière qui était différente de chanter et de danser.

16174462_1201458029949770_2393316682773190449_n.jpg

16115030_1201458069949766_1947073519406480023_n.jpg

C’est comme si, même si vous aviez un moyen de s’exprimer jusque-là, ce sera la nouvelle façon de s’exprimer en utilisant un nouveau moyen à partir de ce moment-là.

MAMI : Cette différence était si intéressante. Nous étions capables de bien nous exprimer avec le langage corporel et les mots jusqu’à ce moment, mais comment pouvons-nous nous exprimer avec des nuances de guitare et de performances? Nous avons parlé de cela tout en regardant et étudiant des DVD nuit après nuit.

Quel genre d’artiste avez-vous regardé en DVD ?

MAMI : Au début, nous n’avions absolument aucune idée de ce qu’était un groupe, et nous sommes allées dans une boutique de location de DVD et loué une combinaison étrange de KISS, Jimi Hendrix et Sum 41. Nous les avons tous choisis par leurs couvertures.

RINA : Quoi qu’il en soit, nous avons choisi des voyous.

MAMI : La performance de Sum 41 était celle qui correspondait au mieux parmi ceux que nous avons regardé.

TOMOMI : Nous ne pouvions pas imiter les autres groupes parce qu’ils avaient des éléments de feu (rires).

RINA, MAMI, TOMOMI : C’est vrai (rires). Si nostalgique.

Y avait-il des choses qui vous correspondaient et que vous vous êtes demandées si vous devriez inclure quelque chose en allant dans cette direction en tant que groupe ?

MAMI : « Ça pourrait être cool si nous faisions ça pendant un concert » … ces moments étaient quand les quatre membres de Sum 41 étaient ensemble. Nous avons pensé un style comme, « Sautons ici, nous allons décider sur une pose » serait cool.

RINA : En ce qui concerne les performances, nous avons pensé qu’être un groupe qui faisait le show serait cool.

Comme une représentation de groupe ?

RINA : Oui nous étions captivées par les scènes animées.

La tenue d’instruments était une chose passive au début. À partir de quel moment vos rêves se sont-ils solidifiés?

RINA : C’était très complexe d’être un groupe qui venait d’une école de danse. Parce que nous avons dansé, au début nous avons combiné des instruments et dansé et en dansant tout en jouant des instruments lors de nos clips. Nous avons également fait de la chorégraphie dans le  milieu où nous pourrions faire des concerts. Il y avait des gens qui disaient que c’était frais et intéressant, mais nous étions en conflit, se demandant, « Pouvez-vous vraiment appeler cela un groupe de rock? » Il ne semblait pas que c’était une bonne chose au début, et nous avons toujours senti comme un inconvénient quelque part. C’était aussi frustrant parce que nous n’avons pas écrit nos propres chansons dans les premiers jours. Nous avons honnêtement pensé que les chansons de SCANDAL sont vraiment cool, mais si nous ne les fabriquions pas nous-mêmes alors ils ne seraient pas acceptés par les enfants du rock. Maintenant, nous faisons nos propres chansons et nous avons finalement l’impression que le groupe est dans sa forme idéale comme il est en ce moment.

Il vous a fallu dix ans pour que vous soyez ici.

RINA : C’est vrai. On sent que les choses que nous pouvons faire ont augmenté un par un. Nous sommes maintenant un groupe où nous avons appris en continuant.

16174804_1201458103283096_3430320655159474623_n.jpg

16115027_1201458139949759_1695960609425387139_n.jpg

Ne vous a-t-il pas semblé que vous pourriez avoir fait ici alors que les choses s’empilent?

RINA : Oui … on avait l’impression qu’il y avait tellement de déceptions. Il y avait beaucoup de façons où nous pourrions avoir été vus, en faisant nos débuts en Major tout en portant des uniformes scolaires, et parce que nous avons joué beaucoup de genres de chansons, je pense que nous pouvons dire que notre largeur de connaissances a augmenté aussi. Mais, je pense qu’il était difficile de saisir quel genre de groupe nous étions. Ce que je veux maintenant, c’est que notre esprit soit bien compris.

Quant au fait de jouer des concerts au Shiroten juste après la formation, je pense que le Shiroten est également un lieu où les musiciens en devenir avec des rêves se sont rassemblés. Quelle était l’atmosphère là-bas?

MAMI : Nous espérons néanmoins que cela vous aidera dans vos recherches. Il y avait des gens qui jouaient au Osaka-Jo Hall et la circulation piétonnière, et bien que nous ayons aussi ces gens-là qui nous regardent pendant que nous jouions là-bas, pendant les week-ends normaux … il n’y avait pas de monde là où aucun événement ne se passait, nous y allions aussi longtemps qu’il ne pleuvait pas, nous avons fait et a passé nos propres dépliants. Malgré cela, il n’y avait guère de gens qui s’arrêtaient pour nous regarder … nos cœurs étaient presque cassés alors.

Comment avez-vous eu une force motrice même après tout cela?

MAMI :  Nous n’avions pas eu d’autre choix que de le faire. Par nous-même. Le groupe était tout ce que nous avions.

TOMOMI : Quand nous avons joué au Shiroten, le Osaka-Jo Hall était juste devant nous. Depuis le début, nous avons parlé du fait que nous irions joué dans cette salle. Nous n’avions pas de fondement, mais nous avions confiance en nous? Nos setiments de « Nous pouvons le faire, nous voulons le faire » étaient vraiment forts. C’est pourquoi que les membre étaient capables d’avoir les même rêves au début. Nous avons été capables de continuer grâce à ça. Nous avons travaillé dur et notre rêve s’est finalement accompli. 

Votre rêve de jouer au Osaka-Jo Hall est devenu réalité.

TOMOMI : Cela nous a rendus si heureuses. Nous étions heureuses, mais nous étions aussi nerveuses que nous n’avions plus de rêve après accomplir notre rêve dont nous avions continué à parler pendant aussi longtemps. Nous avons pensé que nous allions finir par s’éteindre, mais au moment où il était fini, nous avons été surprises qu’il se transforme en un point de passage pour nous. Nous avons découvert que nous avons encore beaucoup plus de choses à faire.

Une des choses que vous voulez faire qui est venu était de toujours partager des choses dans le groupe ?

SCANDAL :  Oui!

RINA :  Nous sommes le genre de groupe qui parle un peu.

MAMI : (rires)

RINA : Depuis que nous avons vraiment beaucoup de temps pour être ensemble, si le travail se termine assez tôt, nous sortons pour manger. Des choses comme ça. Nous parlons toujours du groupe tous les jours.

=16298761_1201458163283090_5801830663354873601_n.jpg

16298445_1201458189949754_1533015543038195743_n.jpg

L’année dernière, vous avez célébré vos dix ans de carrière, avez-vous des rêves ou des objectifs pour la suite ? 

RINA : En ce qui concerne les lieux, il y a encore beaucoup de grandes salles où on a pas encore mis les pieds… nous sommes un groupe qui a aussi des fans à l’étranger, alors nous voulons y répondre aussi. Mais, avant tout, nous espérons continuer pendant longtemps. Parce que nous sommes un groupe qui a eu beaucoup de malentendus qui se sont transformés en compréhensions pendant ces dix ans, nous voulons continuer régulièrement. D’ailleurs, je pense que les dix prochaines années pour nous les filles seront grandes et escarpées. Tout en pensant à beaucoup de choses comme le mariage, le groupe est actuellement notre priorité. Nous voulons aller aussi loin que nous le pouvons.

Enfin, s’il vous plaît, pouvez-vous donner un message à ceux qui travaillent actuellement dur à la conquête de leurs rêves.

HARUNA :  C’est la même chose pour nous … mais même si vous n’êtes pas sur la route que vous imaginiez, vous pourriez juste finir quelque part de toute façon. Il y’a une possibilité qui pourrait étonnamment vous allez bien. Donc, ne limitez pas les choses comme dans vos rêves. Je veux que vous regardez les choses avec les yeux grands. Une vie très agréable pourrait vous attendre.

MAMI : Vous ne savez pas vraiment qu’est-ce qui va déclencher quelque chose. Les gens qui voulaient danser et chanter sont maintenant dans un groupe. Parce qu’il y’a tant de possibilités différentes, ne pas refusez des choses en pensant que ce n’est pas ce que vous voulez faire ou que cela ne vous convient pas; Elles pourraient vous aller. Prendre les choses de façon décontractée est acceptable, donc je pense que juste essayer des choses est important. Cela pourrait se révéler différent, ou vous pourriez commencer à l’aimer. Pour les jeunes surtout, je veux que vous viviez avec plein de curiosité.

Crédits : SCANDAL Heaven
Article Original : KiyoBank FM802

About the author

Jeune fan de SCANDAL depuis maintenant près de 8 ans, mon but à travers ce site mis en place il y a plusieurs années maintenant est de permettre à tout fan de permettre l'actualité et l'histoire de ce groupe qui marque actuellement l'Histoire de la Musique de son empreinte.

De plus, chez Scandal★France nous souhaitons permettre au groupe d'avoir une plus grande notoriété sur la scène musicale aujourd'hui en France.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :